Plus récents résultats : les cargaisons de minerai de fer sur la Voie maritime du Saint-Laurent connaissent une hausse fulgurante de 30 %

Le 15 septembre 2021 –Les plus récents résultats nous démontrent que la demande de matériaux de fabrication et de construction en Amérique du Nord a donné lieu à des pointes dramatiques en ce qui concerne les cargaisons de minerai de fer, d’acier, de ciment, de pierre et d’autres matières premières transitant par la Voie maritime du Saint-Laurent, ainsi que sur les ports canadiens sur les Grands Lacs.

Entre le 22 mars et le 31 août, les cargaisons de minerai de fer ont atteint 4,6 millions de tonnes, en hausse de 30 % comparativement à la même période en 2020. Cette augmentation considérable est attribuable à la reprise dans le secteur national de l’acier, alors que les navires battant pavillon canadien transportent du minerai de fer des mines du Québec vers les usines canadiennes. Les boulettes de minerai de fer de la Minnesota Iron Range sont également transportées du port de Duluth-Superior et Silver Bay vers les ports du Québec pour être ensuite chargées à bord de transporteurs océaniques en vue d’être exportées à l’étranger.

Les cargaisons générales transitant par la Voie maritime ont aussi augmenté de 60 % principalement en raison des importations d’acier en provenance des pays d’Europe et qui sont acheminées vers les villes de partout en Ontario et dans les états américains des Grands Lacs.

Les cargaisons de vrac à ce jour, incluant la pierre, le ciment, le gypse et d’autres matériaux, étaient en hausse de 13 %, alors qu’on assistait à une baisse de 18 % des cargaisons de céréales (incluant au Canada et aux États-Unis).

Par conséquent, les volumes totaux de cargaisons sur la Voie maritime du Saint-Laurent (entre le 22 mars et le 31 août) ont atteint les 20,7 millions de tonnes, une augmentation de 5,2 % comparativement à la même période l’an dernier.

« La demande d’acier et de matériaux de construction est le reflet de la reprise des industries au pays et à l’étranger; on aura besoin de ces matières premières au cours des mois à venir, » de dire Terence Bowles, président et directeur général de la Corporation de gestion de la Voie maritime du Saint-Laurent. Il termine en disant : « Même si nous prévoyons que les volumes de céréales seront moins élevés cet automne en raison des conditions de croissance défavorables que nous connaissons au Canada et aux États-Unis, nous sommes encouragés par l’augmentation observée dans le domaine du transport des marchandise sur la Voie maritime depuis le début de l’année. Nous continuons de collaborer avec nos partenaires afin de préserver le caractère concurrentiel de cette voie navigable au profit de tous. »

Le Port de Thunder Bay, qui affichait des totaux impressionnants au niveau des céréales en août 2020, 2019 et 2018 a vu le mois dernier ses cargaisons de céréales chuter à son niveau le plus bas en trois ans.Les cargaisons de céréales à ce jour atteignent unmillion de tonnes de moins que le volume le plus élevé en 25 ans qu’on a atteint en 2020; un retour aux volumes normaux.

Malgré la baisse de tonnage des cargaisons, on a assisté à des moments importants au port en août, incluant la plus importante cargaison de rails en acier d’Europe à ce jour au terminal Keefer. Les importations d’acier au terminal Keefer, qui ont débuté il y a six ans, devraient doubler au cours de la dernière année alors que la demande se maintient dans l’ouest du Canada. Les exportations en vrac de potasse ont également continué de rebondir en août, alors que les volumes à ce jour excèdent la moyenne, puisque Thunder Bay est l’unique port d’exportation de potasse sur le réseau des Grands Lacs et de la Voie maritime du Saint-Laurent.

Le Port de Toronto est resté occupé pour ainsi soutenir la plus importante économie au pays au cours de cette saison 2021 du transport maritime avec des importations en vrac de ciment, de sucre et de sel arrivant en août.

En plus de ces denrées essentielles, le port a reçu une cargaison spéciale le 27 août avec l’arrivée de la moitié du nouveau pont de la rue Commissioners d’un poids de 560 tonnes et d’une longueur de 69 mètres. Il s’agit de la troisième travée de pont à emprunter la Voie maritime du Saint-Laurent en provenance de Dartmouth, Nouvelle-Écosse pour se diriger vers le port dans le cadre du projet Port Lands 2024 du secteur riverain de Toronto. D’une longueur de 152 mètres, le pont de la rue Commissioners sera le plus long de quatre nouveaux ponts qu’on installe dans le cadre du projet.

« Le Port de Toronto représente un élément crucial de l’infrastructure économique de la ville en ce qui concerne le transport de biens pour soutenir les projets de construction sur les terrains du port, dans le centre-ville et dans la région du Grand Toronto, » déclare Geoffrey Wilson, PDG de Ports Toronto. « Qu’il s’agisse d’acheminer le sucre qu’on met dans notre café, le sel qu’on épand sur nos routes ou les matières premières utilisées dans l’industrie de la construction en plein essor que connaît Toronto, incluant le ciment et l’acier, le Port de Toronto continuera de jouer un rôle essentiel dans notre chaîne de transport à l’échelle nationale tout au long de 2021. »

Alors que le Port de Toronto a assisté à 11 livraisons de cargaisons d’acier en 2020, au cours des cinq premiers mois de la saison de transport maritime de 2021 à eux seuls, le port a reçu 11 livraisons de ce genre et prévoit l’arrivée d’un certain nombre de navires transportant différents produits d’acier jusqu’à la fin de la saison.

Au 31 août, l’administration portuaire de Hamilton-Oshawa (HOPA Ports) a vu plus de 6 millions de tonnes de marchandises (combinées) transiter par les ports de Hamilton et Oshawa.

Le tonnage total à Hamilton a dépassé 1,2 million de tonnes en août, soit 14 % de plus qu’au cours du même mois l’an dernier et une augmentation de presque 30 % à ce jour pour l’année. Alors que la flambée dans le domaine des matériaux de construction se poursuit, les importations d’acier, le sable, la pierre et le laitier connaissent tous une hausse considérable cette saison. En ce qui concerne les produits agricoles, le sucre brut a connu une augmentation importante, alors que les céréales ralentissent légèrement. L’actuel projet d’expansion des exportations au quai 10 de HOPA, qui permettra d’augmenter l’espace de mouillage et la superficie d’entreposage abrité sur place, permettra bientôt de livrer le sucre brut directement à l’installation de raffinage de sucre de SucroCan, retirant ainsi par le fait même des centaines de camions de nos routes.

De l’autre côté du lac Ontario, le port d’Oshawa a assisté à un jalon excitant en août avec sa première cargaison de céréales de la saison. Le terminal de céréales de Sollio s’occupe de l’entreposage et de l’expédition de produits agricoles provenant des agriculteurs de Durham. Même si les résultats obtenus à ce jour en 2021 sont légèrement en baisse, les résultats pour Oshawa en août sont 7 % plus élevés qu’au cours du même mois l’an dernier, et ce, grâce à la pierre, au ciment et à l’acier.

HOPA Ports étudie présentement un processus de planification de l’aménagement du territoire pour le port d’Oshawa. « Nous travaillons en partenariat avec des responsables municipaux, des gens dans le domaine du développement économique, des clients et des résidents afin d’explorer les possibilités qui correspondent à la vision locale. Nous avons constaté que ces partenariats représentent la clé afin de bâtir des villes portuaires à la fois durables et prospères, » déclare Ian Hamilton, PDG de HOPA Ports.

###

Flickr – Téléchargez les photos du transport maritime sur les Grands Lacs et le Saint-Laurent :

https://www.flickr.com/photos/marinecommerce/albums/72157657049769546

Au sujet de la Chambre de commerce maritime

La Chambre de commerce maritime est une association binationale qui représente au-delà de 100 intervenants de l’industrie maritime, incluant des expéditeurs canadiens et américains d’importance, des ports, des terminaux, ainsi que des fournisseurs de services maritimes et des propriétaires de navires canadiens et étrangers. La Chambre défend une politique et une réglementation sécuritaires, durables, harmonisées et concurrentielles qui reconnaissent les avantages considérables du système de transport maritime sur les Grands Lacs, sur le Saint-Laurent, ainsi que dans les régions côtières et arctiques.

Relations avec les médias :

Julia Fields

Chambre de commerce maritime

jfields@cmc-ccm.com

(613) 294-8515