Les plus récents chiffres : Les cargaisons massives de céréales continuent d’affluer sur la Voie maritime avec l’arrivée des récoltes canadiennes

Le 15 octobre 2020 – Les cargaisons de céréales canadiennes qui empruntent la Voie maritime du Saint-Laurent ont atteint les 6,2 millions de tonnes à la fin de septembre, maintenant ainsi son augmentation de 20 pour cent par rapport à la saison 2019 si on se fie aux résultats les plus récents. Alors que cette arrivée massive des céréales a contribué à hausser le total des cargaisons, le transport maritime sur les Grands Lacs et la Voie maritime a également affiché des baisses des produits dans les domaines, comme la production d’acier, ainsi que les secteurs de l’énergie et la construction.

« Au cours d’une année où l’on a connu bien des hauts et des bas, nous sommes ravis de constater que les exportations de céréales affichent un rendement remarquable, » de dire Terence Bowles, président et directeur général de la Corporation de gestion de la Voie maritime du Saint-Laurent. « Les nouvelles récoltes de blé et de canola des Prairies arrivent depuis les dernières semaines par la voie ferrée au port de Thunder Bay, alors que la récolte de soja de l’Ontario est présentement en route. Nous prévoyons que les cargaisons considérables de céréales se poursuivront d’ici la fin de l’année. »

Dans l’ensemble, les cargaisons qui ont emprunté la Voie maritime (entre le 1er avril et le 30 septembre) ont atteint 23,2 millions de tonnes, une baisse de 8 pour cent. La pandémie continue de nuire aux cargaisons de minerai de fer (en baisse de 20,6 %), de vrac sec (en baisse de 12,6 %) et de vrac liquide (en baisse de 27,4 %) à ce jour.

Le port de Thunder Bay a déclaré que les cargaisons de céréales en hausse jusqu’à la fin de septembre totalisaient 5,97 millions de tonnes, une augmentation de 23 pour cent par rapport à la même période en 2019.

« Les cargaisons de céréales transitant par le port étaient en hausse tous les mois cette saison afin de répondre à la demande mondiale de pain et de pâtes alimentaires. Toutes ces céréales provenaient des récoltes de l’an dernier dans les Prairies, » déclare Tim Heney, président et directeur général de l’administration portuaire de Thunder Bay.

« Nous avons maintenant plus de 500 000 tonnes métriques de la nouvelle récolte entreposées qui attendent d’être transportées à bord des navires. Depuis quelques semaines, les déchargements de wagons au port restent considérablement en hausse si on compare à 2019. Un automne très occupé nous attend. »

Les revenus maritimes au Port de Johnstown sont en hausse de 30 pour cent à la fin du troisième trimestre, ce qu’on attribue à la cargaison liée à certains projets qu’on entrepose dans les installations nouvelles du port. Le mouvement des cargaisons maritimes accuse un retard de près de 50 000 tonnes par rapport aux chiffres de septembre 2019 en raison du retard de deux navires transportant du sel jusqu’en octobre.

« Le Port de Johnstown devrait connaître une année record, mais tout dépend grandement de la récolte de 2020 et de la capacité d’acheminer les céréales dans le système. Tout cela dépendra en grande partie du moment et de la disponibilité des navires océaniques et des laquiers qui doivent extraire les céréales des entrepôts du port. La faible valeur du marché du soja a également contribué au retard des ventes des agriculteurs aux courtiers. Cependant, une augmentation récente des prix du soja a eu pour effet d’accroître les ventes en octobre et nous devrions assister à davantage de mouvement de la part du soja, » selon Robert Dalley, directeur général du port.

Et il ajoute : « La pandémie n’a aucunement nui à nos activités de manutention du fret et nous avons travaillé fort pour nous assurer que notre port reste sécuritaire pour nos travailleurs et les marins. Nous levons notre chapeau à tous les marins qui permettent à la chaîne d’approvisionnement de poursuivre ses activités. »

L’administration portuaire de Windsor doit également composer avec des hauts et des bas au cours de la saison du transport maritime de 2020, puisque le tonnage total à ce jour en septembre atteignait 3 320 000 tonnes, en baisse de 8 pour cent par rapport à la même période l’an dernier. Le port prévoit que les exportations de céréales continueront d’atteindre des niveaux historiques jusqu’à la fin de l’année, alors qu’elles étaient en hausse de 15,7 pour cent en septembre. Quant aux cargaisons d’acier, elles ont chuté de 56 pour cent.

L’administration portuaire de Hamilton-Oshawa a bien des raisons de sourire en septembre. Au 30 septembre, le volume total des cargaisons dans le Port de Hamilton était en hausse de 15 pour cent par rapport au même mois en 2019. Les totaux à ce jour en ce qui concerne les céréales, les engrais, le sel, le coke et le gypse ont également connu une augmentation considérable par rapport à l’année précédente.

Même si le total à ce jour pour le Port de Hamilton reste inférieur de 13 pour cent à ce qu’il était en 2019, l’écart diminue. (En août, il avait diminué de 18 pour cent.)

Dans la région du lac, le Port d’Oshawa a défié toute probabilité – puisque son tonnage total à ce jour est en hausse de 15 pour cent, alors que l’acier et le ciment arrivent en tête, malgré la COVID-19.

« Cet été, nous nous préparions à une baisse considérable des résultats, puisque tous les types de marchandises étaient touchés, » de dire Ian Hamilton, président et directeur général de HOPA Ports. « Même s’il est encore tôt, nous sommes passablement ravis d’assister au renversement de la tendance. Cette pandémie a peut-être modifié nos méthodes de travail, mais nous n’avons jamais arrêté – l’intégrité de nos chaînes d’approvisionnement a été maintenue et on évalue pour l’instant à plus de 21 millions de dollars les projets de construction en cours dans le Port de Hamilton. Il n’y en a jamais eu autant en même temps. »

###

Flickr – Télécharger les photos du transport maritime sur les Grands Lacs et le Saint-Laurent :
https://www.flickr.com/photos/marinecommerce/albums/72157657049769546

Au sujet de la Chambre de commerce maritime
La Chambre de commerce maritime est une association binationale qui représente au-delà de 130 intervenants de l’industrie maritime, incluant des expéditeurs canadiens et américains d’importance, des ports, des terminaux, ainsi que des fournisseurs de services maritimes et des propriétaires de navires canadiens et étrangers. La Chambre défend une politique et une réglementation sécuritaires, durables, harmonisées et concurrentielles qui reconnaissent les avantages considérables du système de transport maritime sur les Grands Lacs, sur le Saint-Laurent, ainsi que dans les régions côtières et arctiques.

Relations avec les médias :
Julia Fields
Chambre de commerce maritime
jfields@cmc-ccm.com
(613) 294-8515