La vigueur du mois d’août permet au tonnage sur la Voie maritime d’atteindre presque le total de 2018

Le 17 septembre 2019 – Le mois d’août fut débordant de vigueur pour le transport maritime sur les Grands Lacs et la Voie maritime, et ce, principalement grâce aux exportations de céréales, au minerai de fer, au sel de voirie et aux matériaux de construction.

Malgré un mois d’août occupé, le tonnage transporté sur la Voie maritime du Saint-Laurent entre le 22 mars et le 31 août a atteint 20,9 millions de tonnes, en baisse de 3,5 pour cent par rapport à l’an dernier.

« Les volumes de céréales canadiennes sont demeurés en majeure partie identiques à ce qu’ils avaient été en 2018 et nous prévoyons que cette tendance se poursuivra au cours de l’automne, alors que les nouvelles récoltes arrivent sur le marché, tandis que les exportations de minerai de fer devraient rester fortes, » de dire Terence Bowles, président de chef de la direction de la Corporation de Gestion de la Voie Maritime du Saint-Laurent. « La Voie maritime attire également de nouvelles importations de sel de l’étranger – des cargaisons qui passaient auparavant par la côte du golfe du Mexique.  Cette activité a contribué à compenser les baisses des importations d’acier, qui ont souffert de l’imposition de tarifs. »

Le mois d’août a été très occupé pour les cargaisons de vrac sec, dont le sel et la pierre. Au cours de l’année, le vrac sec est en hausse de 12 pour cent par rapport à 2018, alors que les cargaisons de sel ont augmenté de 23,7 pour cent, puisque les villes et les municipalités regarnissent leurs stocks en vue de l’hiver qui arrivera prochainement.

Les cargaisons de céréales canadiennes, qui empruntent la Voie maritime pour la saison, ont totalisé 4,3 millions de tonnes métriques, une baisse d’à peine 1,9 pour cent par rapport à 2018.  Le canola des Prairies a volé la vedette, alors que les exportations partant du port de Thunder Bay en direction de l’Europe et de l’Amérique latine ont augmenté de 85 pour cent cette saison.  On n’a, malgré tout, pas épuisé nos stocks, puisque la Chine n’achète pas de canola canadien et parce qu’on a assisté à une augmentation de la demande alors que la récolte de canola en Europe a été bien plus faible cette année.

Dans l’ensemble, le tonnage total de céréales ayant transité à ce jour par le port de Thunder Bay se situe à peine sous la barre des 4 millions de tonnes, en hausse de 9 pour cent par rapport aux niveaux de 2018.

« Les céréales sont reparties de nouveau à la hausse en raison de l’augmentation des exportations directes transportées sur la mer à destination de l’Europe, de l’Afrique du Nord et de l’Amérique latine, » de dire Chris Heikkinen de l’administration portuaire de Thunder Bay.

Au port de Hamilton, les cargaisons agricoles à ce jour, qui ont atteint 1,34 million de tonnes, accusent un manque à gagner de 10 pour cent par rapport à la même période l’an dernier, mais elles surpassent environ de 48 pour cent la moyenne des cinq dernières années.

Ian Hamilton, président et chef de la direction de l’administration portuaire de Hamilton-Oshawa (APHO) récemment fusionnée, se dit optimiste en ce qui concerne les quatre emplacements d’ici la fin de 2019 et même après. « Étant une entité fusionnée, nous pouvons mieux vendre nos services et le sud de l’Ontario comme un lieu d’investissement pour les industries qui dépendent grandement du transport, grâce à notre capacité accrue et à nos options du point de vue logistique, » de déclarer Hamilton.

En août, l’APHO annonçait un projet d’expansion de ses exportations d’une valeur de 16 millions de dollars au quai numéro 10 du port de Hamilton afin d’accroître ainsi la capacité d’expédition et de fabrication à l’intention des exploitants du domaine agroalimentaire, alors que, pour la première fois, on construit présentement un terminal céréalier ultramoderne à Oshawa. Le nouveau terminal accueillera des espaces d’entreposage agricole et d’expédition dans une région agricole importante.

L’exploitant McKeil Marine de Burlington a également fait état d’un mois d’août occupé pour ses cargaisons d’agrégats (plus de 106 000 tonnes), de ciment (près de 70 000 tonnes) et de céréales (tout près de 66 500 tonnes). Les agrégats comprennent la pierre, le laitier, le gypse, ainsi que d’autres produits qu’on utilise pour la production de ciment.

###

Flickr – Téléchargez des photos du transport maritime sur les Grands Lacs et la Voie maritime du Saint-Laurent :

https://www.flickr.com/photos/marinecommerce/albums/72157657049769546

 

 Au sujet de la Chambre de commerce maritime

La Chambre de commerce maritime est une association binationale qui représente au-delà de 130 intervenants de l’industrie maritime, incluant des expéditeurs canadiens et américains d’importance, des ports, des terminaux, ainsi que des fournisseurs de services maritimes et des propriétaires de navires canadiens et étrangers. La Chambre défend une politique et une réglementation sécuritaires, durables, harmonisées et concurrentielles qui reconnaissent les avantages considérables du système de transport maritime sur les Grands Lacs, sur le Saint-Laurent, ainsi que dans les régions côtières et arctiques.

Relations avec les médias :

Julia Fields

Chambre de commerce maritime

jfields@cmc-ccm.com

(613) 294-8515