Promo Block

 

C’est la saison des réjouissances : les cargaisons sont en hausse de 8.5 % sur la voie maritime du Saint-Laurent

December 14, 2017

COMMUNIQUÉ

Pour publication immédiate

Le 14 décembre 2017 –- Alors qu’il reste à peine deux semaines avant de clore la saison, le volume des cargaisons sur la Voie maritime du Saint-Laurent devrait dépasser les niveaux de 2016 après une année marquée par la reprise économique et par une intensification de nos activités.

D’après la Corporation de gestion de la voie maritime du Saint-Laurent, le tonnage total des cargaisons entre le 20 mars et le 30 novembre a atteint 33,6 millions de tonnes métriques – en hausse de 8,5 pour cent par rapport à la même période en 2016. Ce lundi, on constatait encore un nombre stable de navires qui prenaient la mer et de navires canadiens qui empruntaient la voie navigable pour venir charger ou décharger leur cargaison. La tendance devrait se poursuivre jusqu’à la fin de la saison.

« Nous assistons définitivement à des augmentations impressionnantes du volume des cargaisons, ce qui souligne le rôle de la voie maritime du Saint-Laurent en tant que porte d’entrée vitale pour notre commerce. Par exemple, la voie maritime permet des mouvements importants de minerai de fer en réaction aux prix plus élevés de cette denrée. Nous attirons également de nouveaux clients dans la voie maritime grâce à nos programmes de marketing et d’encouragement, » de dire Terence Bowles, président et chef de la direction de la Corporation de Gestion de la Voie Maritime du Saint-Laurent. « Une intensification des cargaisons de céréales des Prairies et de l’Ontario, qui devrait se poursuivre tout au long du mois de décembre, compte également parmi les facteurs qui contribuent à faire en sorte que la saison de navigation de 2017 se termine en beauté, » de souligner le PCD Bowles.

À la fin de novembre, les nouvelles mesures d’encouragement avaient permis à la Voie maritime d’attirer 2,89 millions de dollars en nouvelles activités – incluant les cargaisons en provenance ou en direction de nouvelles destinations. Cela comprend le coke de pétrole provenant de différents endroits et destiné aux aciéries canadiennes, ainsi qu’aux exportations; les nouveaux mouvements de potasse qui empruntent le port de Thunder Bay plutôt que la côte ouest, ainsi que le ciment de la nouvelle usine de fabrication de McInnis Cement au Québec qu’on achemine vers les terminaux de Ste-Catherine, Québec et le port d’Oshawa.

Les cargaisons de minerai de fer qui ont emprunté la voie navigable à ce jour ont atteint 7,4 millions de tonnes métriques, une augmentation de 34 pour cent qui est principalement attribuable aux exportations de granules de minerai de fer des États-Unis vers l’Asie. Les cargaisons de vrac sec (incluant des produits, comme le sel de voirie, la pierre, le gypse et la coke) ont atteint 9 millions de tonnes, en hausse de 12 pour cent. Les cargaisons générales (ce qui comprend l’acier, l’aluminium, les marchandises destinées à différents projets) ayant emprunté la voie maritime ont totalisé 3,1 millions de tonnes métriques, en hausse de 28 pour cent.

De bonnes nouvelles nous attendaient également en provenance des ports sur le tronçon canadien des Grands Lacs et de la voie maritime.

Les volumes des cargaisons au port de Windsor étaient en hausse de 10 pour cent à la fin de novembre.

« Les principales denrées qu’on a transportées au cours de la présente saison sont le sel, les marchandises générales et les céréales de l’Ontario, mais le port a effectivement constaté une augmentation de tous les types de cargaisons. Tout est en hausse, ce qui reflète la prospérité de l’économie de Windsor, » de dire David Cree, président et chef de la direction de l’administration portuaire de Windsor. « Plusieurs des matériaux qui empruntent le port sont destinés à la construction et à la fabrication locales. Pour une deuxième année d’affilée, les céréales ont connu une augmentation considérable alors que des volumes impressionnants de canola, de fèves de soja et d’autres céréales arrivent au terminal d’ADM pour être transformés afin de produire des intrants servant à la fabrication d’aliments pour les humains et les animaux, ainsi que pour être exportés outre-mer. Nous attendons également en décembre une quantité relativement importante de pierre destinée à certains travaux additionnels sur la place des camions du Pont international Gordie Howe. »

Le Port de Johnstown, situé sur le Saint-Laurent à moins d’une heure de la capitale nationale, s’apprête à connaître une année record en ce qui concerne les cargaisons de sel.

Ayant atteint au-delà de 484 000 tonnes métriques à ce jour, ces cargaisons excèdent déjà la moyenne de cinq ans, alors qu’on prévoit livrer encore 90 000 tonnes métriques d’ici la fermeture de la voie maritime du Saint-Laurent.

« Le port représente la principale destination du sel de voirie qu’on utilise dans les villes et les municipalités de l’Est de l’Ontario et même dans l’ouest du Québec, » selon Robert Dalley, directeur général du Port de Johnstown. « Les prévisions sont unanimes à l’effet que l’hiver sera froid et enneigé – par conséquent, il est important que nos communautés soient bien préparées à faire face aux conditions hivernales sur nos routes. Le transport de quantités considérables de sel des mines ontariennes à bord de navires qui empruntent les Grands Lacs et le Saint-Laurent contribue à maintenir le coût de ce produit bas à l'intention des municipalités et ultimement pour les contribuables. »

###

Téléchargez les photos du transport maritime sur les Grands Lacs et la voie maritime du Saint-Laurent à l'adresse :

https://www.flickr.com/photos/marinecommerce/albums/72157657049769546

 

Au sujet de la Chambre de commerce maritime

La Chambre de commerce maritime est une association binationale qui représente au-delà de 130 intervenants de l’industrie maritime, incluant des expéditeurs canadiens et américains d’importance, des ports, des terminaux, ainsi que des fournisseurs de services maritimes et des propriétaires de navires canadiens et étrangers. La Chambre a fusionné avec l'Association des armateurs canadiens pour ainsi combiner nos ressources et promouvoir un climat de réglementation efficace qui favorise une industrie maritime à la fois forte et concurrentielle au profit de tous les intervenants de l'industrie dans la région binationale des Grands Lacs et du Saint-Laurent, ainsi que le long du littoral maritime et sur les côtes nordiques. Basée à Ottawa, Canada, l'entité fusionnée continuera de porter le nom de Chambre de commerce maritime.

Relations avec les médias

Julia Fields

Chambre de commerce maritime

613-294-8515